Les Marins

 

 

Chaque scout passe quatre années dans la troupe, de 14 à 17 ans ; quatre années passées sur des vieux bateaux en bois, gréés à l’ancienne ; quatre années passées à réparer ces mêmes bateaux de leurs propres mains ; quatre années passées à découvrir la nature, le monde, les éléments, mais aussi quatre années passées à la découverte de l’autre et de soi .

Chaque année, les équipages se voient confier un bateau, qui sera le centre de tous leurs efforts et de toutes leurs attentes. Ils auront en charge de l’entretenir, de le surveiller, et quelquefois même d’améliorer ce patrimoine unique, afin de pouvoir en profiter pleinement au cours des navigations et des camps.

L’ensemble des réparations, le carénage, amène à mobiliser des savoir-faire techniques et des compétences, mais également la prise de responsabilités et l’autonomie. Il oblige à une organisation de l’équipage, pour effectuer toutes les tâches qui lui ont été confiées.

La vie à terre, en week-end ou en camp, et à travers l’équipage et la troupe, invite à découvrir une manière de vivre, où le respect, la tolérance, la solidarité et l’ouverture aux autres sont des maîtres-mots. Les randonnées d’exploration, les chantiers, les tâches quotidiennes, les activités ludiques faisant appel autant à l’imagination qu’au savoir et à la bonne forme physique, sans oublier les veilles des bateaux en camp, de jour comme de nuit, sont différentes manières de vivre les cinq axes fondamentaux du scoutisme : relation à l’autre, à soi, à Dieu, à la nature, à son corps.

Les navigations et la vie sur l’eau font appel à un savoir et un savoir-faire pratique et théorique de la voile. Les compétences de chacun sont la garantie de la sécurité de tous, permettant de se confronter aux éléments, de connaître les dangers et les risques, et de prendre les décisions qui s’imposent. Le respect et la tolérance sont indispensables à bord, étant là aussi un gage de sécurité.

La vie à terre et la vie en mer sont donc le résultat d’un savoir et de valeurs, que les plus vieux se font un devoir de transmettre aux plus jeunes, afin de valoriser l’autonomie, de développer la responsabilité, de vivre en groupe et de s’ouvrir au monde. Enfin, la dimension spirituelle est présente dans l’éveil à la foi et la référence à l’Évangile, mais elle reste toujours respectueuse et valorisante vis-à-vis de chacun et de son parcours propre. Elle se veut libre, afin d’être réellement celle d’un mouvement « ouvert à tous ».

 

 

 

 

 

 

Posted in | No Comments »

Comments are closed.